Nigéria Persécution – Plus de 120 chrétiens ont été tués lors d’attaques ces dernières semaines au Nigéria

0
143
Les chrétiens nigérians continuent de vivre des persécutions. Un véritable massacre a été perpétré par des militants peuls en juillet contre des villages à majorité chrétienne au Nigeria. Au moins 121 personnes ont été tuées et des milliers déplacées dans une série d’attaques dans le sud de l’État de Kaduna, rapporte l’organisation Barnabas Fund.

L’effusion de sang a commencé le 12 juillet, avec une attaque de trois jours contre la communauté agricole de Chibob, qui a fait 22 morts. Ensuite, les militants peuls ont fait au moins 38 morts lors d’attaques dans la ville de Kagoro au cours de la semaine du 19 juillet, en plus de 32 tués à Kukum Daji et Gora Gan lors d’attaques séparées.

Le 22 juillet, armés de couteaux et de machettes, des militants peuls ont fait irruption dans des maisons dans un village à majorité chrétienne de Kizachi, dans le sud de l’État de Kaduna, tuant trois enfants et deux jeunes hommes.

Les morts à Kizachi étaient Kefas Monday, 17 ans, Lydia Monday, 14 ans, Jummai, 9 ans, Giwa Thomas, 14 ans et Living Yohanna, 27 ans.

Lors d’une attaque nocturne lors d’une tempête torrentielle le 23 juillet, au moins sept chrétiens sont morts dans le village de Doka Avong, dans l’État de Kaduna, tandis que des militants attaquaient brutalement des hommes, des femmes et des enfants non armés avec des machettes.

Il s’agissait de la deuxième attaque contre le village en quelques jours, faisant sept morts. À ce jour, certains survivants blessés sont dans un état grave à l’hôpital. Il en manque beaucoup d’autres. Les militants ont également incendié plusieurs maisons.

Parmi les personnes tuées à Doka Avong figurent John Mallam, 80 ans, Albarka Mallam, 85 ans, Jumare Sule, 76 ans, Hannatu Garba, 55 ans, Thaddeus Albarka, 32 ans, Luvinus Danmori, 52 ans et Daniel Mukadas, 70 ans.

Le 24 juillet, dans la ville de Zipak, également dans l’État de Kaduna, au moins dix chrétiens sont morts, âgés de cinq à 75 ans. La vague de pillages, de vandalisme et d’incendie criminel par des militants a mis fin aux meurtres brutaux, malgré la présence de l’armée, de la police et des unités paramilitaires stationnées à seulement un kilomètre de là.

Les morts à Zipak étaient Joel Cephas, 5 ans, Kingsley Raphael, 28 ans, Katung kantiock, 60 ans.

Luka Garba, 75 ans, Victor Ishaya, 22 ans, Madame Dakaci, 52 ans, Kuyet Yayock, 25 ans, Cecelia Audu, 65 ans, Matina Dauda, ​​70 ans et Yanasan Dauda, ​​70 ans.

Un couvre-feu a été imposé dans la région de Jemma après l’attaque de Zipak. Mais les militants peuls sont revenus le 25 juillet pour terroriser la communauté, qui était toujours en deuil des meurtres de la veille.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here