La difficile médiatisation des chrétiens persécutés

0
195

Demain soir aura lieu la 12e Nuit des Témoins, un événement organisé par l’AED, l’Aide à l’Église en détresse.

Cette fondation internationale soutient les chrétiens, victimes de discriminations ou de persécutions. L’AED soutient plus de 5000 projets par an dans 139 pays. Cette soirée de témoignages fera notamment mémoire des victimes de l’attentat de Nice. En raison de la pandémie, la veillée se tiendra à huis clos en la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre. Habituellement, la Nuit des Témoins rassemble des milliers de personnes dans plusieurs villes de France et à l’étranger. Mais qui le sait ? Aucun media mainstream ne cite jamais l’événement, y compris le journal La Croix. Pourtant, il y a de la matière. « Ce que ces terroristes ont fait dépasse l’imagination », selon le père Charbel Eid Rizkallah, maronite, en mission auprès des chrétiens persécutés au Proche-Orient. Il parlera de ces familles martyrisées par des djihadistes d’Al-Nosra. Extrait : « La grand-mère a été frappée, décapitée. La fille de douze ans, violée… La mère, qui a survécu par miracle, après avoir subi des tortures innommables m’a tout raconté. En face d’elle, incapable de supporter ce que j’entendais, j’étais désemparé et demandais à haute voix « pourquoi ? Pourquoi Jésus ne vous a-t-il pas protégé ?! » Alors que c’est moi qui aurais dû la soutenir dans son épreuve, elle m’a répondu : « Jésus nous a protégé. Notre famille a survécu. Et nous ne partirons pas ! »

La question, c’est : pourquoi un tel silence autour de cette réalité sanglante ?Normalement, la tragédie, la souffrance et la mort se vendent bien. Certes, le voyeurisme n’apporte rien sinon un frisson malsain mais les media ne fabriquent pas les drames ; ils les portent à la connaissance du monde. Sinon, ces horreurs ne laisseraient pas d’autres traces que celle des coups gravés sur le corps des victimes. Alors, pourquoi faire l’impasse ? Même un BHL, indigné par la situation au Nigeria, ne fait pas florès.

On peut donner plusieurs explications :

La principale, c’est que victime, ce sont les musulmans et, dans le regard des media, la rente victimaire ne se partage pas. Les chrétiens sont perçus comme un héritage colonial, une communauté surplombante, un reliquat de l’oppression occidentale. L’opinion ignore qu’ils vivent sur leurs terres depuis l’aube de l’ère chrétienne, bien avant l’islam, comme en témoigne l’Arménie, première nation chrétienne au IVe siècle. Osons un parallèle : les chrétiens sont à l’Orient ce que les aborigènes sont à l’Australie : une sorte de peuple premier. Mais ils ne capitalisent pas sur cette image en raison de l’immixtion constante des puissances européennes. Les musulmans les soupçonnent d’en être l’avant-garde et les relais, alors que tous les prélats orientaux n’ont de cesse de dire aux journalistes qu’ils sont indigènes et qu’ils parlent au nom de tous. Comme les chrétiens sont globalement plus lettrés et industrieux, moins cadenassés par le légalisme religieux, leur mode de vie et leur psychologie les éloignent des archaïsmes des sociétés musulmanes et les rapprochent de l’Occident.

Le sort des Ouïghours, minorité islamique du Xinjiang fort maltraitée par Pékin, émeut le monde entier. Et on le comprend. Ils ont droit à la médiatisation – qui permet de placer les musulmans dans le camp du bien et d’en faire, comme des Tibétains, un timide objet transactionnel entre diplomaties occidentale et chinoise. Aucun équivalent n’existe dans le monde chrétien. Malgré des décennies de persécution, aucune voix ne les considère comme une espèce à protéger. L’idéologie décoloniale risque d’agrandir ce trou noir médiatique. La repentance organise l’amnésie. Le nombre des musulmans en France fait de l’islam un enjeu politique de premier ordre. Il ne faut pas déplaire en prenant des positions risquées en « terre islamique ».

Pourtant, les faits sont là, criants. Selon le rapport de l’ONG Portes ouvertes publié mercredi, plus de 340 millions de chrétiens ont été « fortement persécutés » dans le monde en 2020« Le Covid a amplifié les tendances que nous voyons émerger depuis plusieurs années », écrit l’ONG protestante dans son index ciblant les 50 pays les plus durs : catholiques, orthodoxes, protestants, baptistes, évangéliques, pentecôtistes, tout le monde y passe. Ils étaient déjà 260 millions à souffrir en 2019, note l’ONG, qui recense toutes les atteintes, de « l’oppression quotidienne discrète » aux « violences les plus extrêmes ». Le nombre de chrétiens tués a fortement augmenté (+60%, passant de 2983 à 4761).

Portes Ouvertes s’alarme notamment de l’extension d’un « arc rouge-orangé » allant de l’Afrique sub-saharienne à l’Asie du Sud en passant par le Moyen-Orient, avec deux moteurs : « le nationalisme religieux », en Asie notamment, et « l’extrémisme islamique, qui s’étend » en Afrique. La Chine est de loin le pays où le plus grand nombre d’églises ont été ciblées (3088, après 5576 en 2019), devant le Nigeria. Notons que l’AED évalue à « seulement » 200 millions le nombre de chrétiens persécutés. Mais les statistiques portent peu quand ni le cœur ni l’oreille ne sont prêts à les écouter.

Louis Daufresne

Source : Vatican News

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here