Côte d’Ivoire: la Fédération évangélique interpelle les députés sur le vote d’un projet de loi

0
77

À la veille du vote d’un projet de loi portant modification du Code pénal ivoirien, la Fédération évangélique de Côte d’Ivoire a animé une conférence de presse pour faire pression sur les députés. L’organisation religieuse qui soupçonne une tentative de légaliser l’homosexualité dans le pays, invite les députés à maintenir le retrait de la notion d’« orientation sexuelle ».

Leur objectif est de faire pression sur les députés ivoiriens, invités à voter en plénière, mardi 30 novembre, un projet de loi portant modification du Code pénal ivoirien, perçu comme un pas vers la légalisation du mariage des personnes homosexuelles.

Fin octobre, les discussions autour de la nouvelle formulation de l’article 226 du Code pénal avaient fait polémique dans le pays. En cause, l’ajout de l’« orientation sexuelle » dans la définition juridique des types de discrimination. La mouture proposée par le gouvernement à l’origine de cette modification de la loi pénale suggérait de « qualifier de discrimination, toute distinction, exclusion, restriction ou préférence fondée sur l’origine nationale ou ethnique, la race, (…) l’orientation sexuelle (…) qui a pour but de compromettre la reconnaissance, la jouissance ou l’exercice, dans les conditions d’égalité des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans les domaines politique, économique, social, culturel ou dans tout autre domaine de la vie publique ».

Lors de sa présentation à la Commission des Affaires générales et institutionnelles du parlement ivoirien, les discussions ont porté sur le terme « orientation sexuelle ». Certains députés qui y voyaient une porte ouverte sur la légalisation du mariage homosexuel ont obtenu qu’il soit retiré du texte soumis au vote. Il a été par la suite adopté, le 28 octobre, devant le ministre de la justice.

« Détruite notre société »

« Les leaders d’Églises se réjouissent également de ce que les initiateurs du projet de loi ont fini par ne pas céder aux lobbyings et autres chantages éhontés de certaines Organisations internationales et ONG, tapis dans l’ombre et prêts à pervertir la famille, nos valeurs, en un mot, prêts à détruire notre société », a fait savoir, dans une déclaration lundi 29 octobre, le pasteur Noël N’guessan, président de la Fédération évangélique de Côte d’Ivoire (Feci). Cette organisation religieuse – la plus vieille et la plus grande organisation faîtière du monde protestant et évangélique du pays – pense également qu’il s’agit d’un projet de loi « tendant à légaliser, subrepticement, l’homosexualité en Côte d’Ivoire ».

Au moment où ce texte privé de l’expression litigieuse sera voté par l’ensemble des députés en plénière, « les leaders d’Églises exhortent donc les honorables députés à ne pas prendre le risque, ni être tentés de réintroduire une quelconque idée d’« orientation sexuelle », de quelque manière que ce soit, dans le texte à adopter. »

« Préserver les valeurs de la famille »

La Feci qui estime qu’un tel revirement jetterait « le discrédit et l’opprobre, non seulement sur eux-mêmes, mais également sur l’institution qu’est l’Assemblée nationale », veut les exhorter « à rester dignes et courageux et à défendre les braves populations qui les ont élus ainsi que les valeurs qu’incarnent ces populations ».

Dans sa déclaration, la Fédération évangélique appelle en outre tous les chrétiens et tous les croyants de Côte d’Ivoire ainsi que « les personnes éprises de valeurs morales et de dignité humaine à rester mobilisés pour que soient préservées les valeurs sacrées de la famille en Côte d’Ivoire. »

En Côte d’Ivoire, même si l’homosexualité n’est pas considérée comme un délit, les personnes homosexuelles font parfois l’objet de discrimination. Ces dernières semaines, l’invitation à une émission de la télévision nationale d’une personne homosexuelle avait été vivement critiquée sur les réseaux sociaux.

Guy Aimé Eblotié

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here