Nigéria Persécution – Des hommes armés kidnappent 5 filles d’un pasteur au Nigeria

0
17
Six personnes ont été kidnappées après que des hommes armés ont envahi la banlieue de Karaji dans l’État de Kaduna au Nigéria .Les attaques contre les chrétiens sont devenues assez fréquentes. Le gouvernement nigérian semble être indifférent.

Parmi les victimes de l’incident, qui a eu lieu à moins de 10 kilomètres de la maison du gouvernement, figurent cinq filles du pasteur Istifanus Tiswan de l’église de l’ambassade du Christ: Faith, Godsgift, Ruth, Damaris et Michelle.

L’autre victime est Haruna Barde, qui a échappé à la violence de son village natal pour se réfugier à Karji en tant que personne déplacée.

Les ravisseurs n’ont pas encore pris contact avec les familles ou les autorités locales.

Luka Binniyat, porte-parole de l’Union du peuple de Kaduna du Sud, dans un communiqué décrit comme préoccupé par la détérioration de la situation sécuritaire dans la région, qui a conduit au meurtre et à l’enlèvement de résidents.

« L’enlèvement de nos membres presque quotidiennement est devenu une source de grave préoccupation pour les résidents vivant à la périphérie de Buyaya, Maraban Rido, Gonin Gora, Karji et Unguwan Juji, toutes les banlieues de Kaduna qui sont sous Chikun LGA », a-t-il dit.

«Beaucoup ont quitté leurs maisons pour se réfugier dans des zones plus sûres. Pendant ce temps, les natifs de Katarma, district de Chikun, dans la même LGA de Chikun fuient en masse à travers la rivière Kaduna et se réfugient avec leurs membres de la tribu Gbagyi dans la ville de Sarkin Pawa, dans l’État voisin du Niger, à la suite de nouvelles attaques. contre sa communauté », a déclaré Binniyat.

« Cela augmentera le nombre de villages que nos membres de Gbagyi ont dû abandonner et fuir pour sauver leur vie, après que beaucoup d’entre eux aient été détruits et capturés par la milice peul l’année dernière », a déclaré le porte-parole.

Le gouvernement ignore les crimes

Binniyat a déclaré qu’à ce jour, 45 communautés ont été déplacées et occupées par leurs assaillants.

Le groupe a déclaré que les récentes attaques faisaient suite au meurtre de quatre hommes Gbagyi par des Peuls armés les 6 octobre et 7 novembre.

« Les hommes ont été pris en embuscade et tués dans le village de Dande, qui fait partie du village de Kasaya, dans le district de Kunai de Chikun LGA », a-t-il rapporté.

Le groupe a noté qu’en dépit de l’impact des attaques, le gouverneur Nasir El-Rufai n’a jamais visité aucune des communautés, bien qu’il soit proche du siège du gouvernement.

«Les efforts de l’opération Safe Haven sous la direction du général de division Chukwuemeka Okonkwo, qui a posté suffisamment de ses hommes dans le district de Zangan de la chefferie d’Atakad, Kaura LGA, pour permettre aux personnes déplacées de retourner dans leurs 9 communautés abandonnées. Cela a réduit le nombre de nos territoires occupés de 109 à 101 si le village de Katarma est ajouté », a déclaré Binniyat.

Il a cité les déplacements massifs dus aux attaques fréquentes à Kaduna: «On estime à 50 000 le nombre de personnes déplacées dans nos communautés affectées et la plupart d’entre elles vivent dans des conditions sous-humaines dans des camps de déplacés internes ou occupés dans des communautés pauvres suffisamment sûres pour accepter dans le sud de Kaduna ».

«Pourtant, dans le cadre de cette atrocité indescriptible contre une grande partie de l’État de Kaduna, le gouverneur Nasir el-Rufai de l’État de Kaduna n’a jamais visité aucun des villages dévastés, à moins de 30 km de la maison du gouvernement de Kaduna. Il semble que tant pour l’État de Kaduna que pour le gouvernement fédéral, ces citoyens n’existent pas et, s’ils le font, ils n’ont pas d’importance », a déclaré le porte-parole.

Il a déclaré que «c’est avec stupéfaction et perplexité que nous avons lu les visites de notre gouverneur, Son Excellence Mallam Nasir el-Rufai, dans la lointaine Lagos la semaine dernière, alors qu’il visitait certaines des propriétés endommagées lors de la manifestation #EndSars, qui a été violemment kidnappée par gangsters.

« Notre gouverneur a dit qu’il avait presque pleuré en voyant l’ampleur de la destruction des propriétés publiques et privées », a déclaré Binniyat.

« Nous sommes surpris que notre gouverneur ait les larmes à verser et puisse faire preuve d’un peu d’humanité dans la tragédie de quelqu’un d’autre, pas le plus gigantesque qui s’inquiète d’un génocide et d’une destruction physique d’une ampleur non moindre dans son état », a critiqué le groupe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici