MOZAMBIQUE – Point de situation de l’Evêque de Pemba après l’assaut du port stratégique de Mocimboa da Praia ayant causé 250.000 évacués

0
117

Maputo (Agence Fides) – Les pays d’Afrique australes sont en alerte après que le 12 août dernier, un groupe d’hommes armés de la « province d’Afrique centrale de l’Etat islamique » ait pris le contrôle du port de Mocimboa da Praia, bousculant l’armée mozambicaine. C’est la première fois que des rebelles djihadistes présents dans la province de Cabo Delgado, à la frontière avec la Tanzanie, parviennent à prendre et conserver le contrôle d’un lieu aussi stratégique.
Le 13 août, le Ministre des Affaires étrangères mozambicain, Veronica Macamo, a affirmé que le nord du pays « affronte une menace de terrorisme violent et d’extrémisme qui, si elle ne devait pas être contenue, pourrait se répandre » à toute l’Afrique australe. La Southern African Development Community (SADC), qui regroupe 16 Etats dont le Mozambique, la Tanzanie et l’Afrique du Sud, doit se réunir aujourd’hui, 17 août, pour discuter de la situation critique à Mocimboa da Praia. Selon Veronica Macamo, les Etats membres devraient conduire « la consultation et la coordination des actions visant à combattre le terrorisme qui représente une grave menace pour notre région ».
La situation au sein de la province de Cabo Delgado a été dénoncée par S.Exc. Mgr Luiz Fernando Lisboa, Evêque de Pemba en ces termes : « L’impact de la crise est fatal. Il a frappé chaque province et tous les habitants de la province de Cabo Delgado » a déclaré l’Evêque. « Il existe plus de 250.000 évacués dans l’ensemble de la province qui ont besoin d’assistance ».
« Notre peuple a urgemment besoin de paix parce que cette crise a complètement déstabilisé notre province » a affirmé Mgr Lisboa, lequel a lancé un appel « à la communauté internationale afin qu’elle nous vienne en aide. Les personnes ont besoin de solidarité et, outre à aider à mettre un terme à la crise, nous devons nourrir tous ces évacués. Nous avons besoin de nourriture, de médicaments, de vêtements, de couvertures, de toute l’aide nécessaire pour aider ces évacués ». L’Evêque de Pemba a enfin souligné que son Diocèse « a lancé une campagne, au travers de la Caritas de Pemba, afin de soutenir les évacués. Nous sommes ouverts à l’aide de tous afin de soutenir cette campagne ».
Le port de Mocimboa da Praia revêt une importance stratégiques pour les plans de développement économique du Mozambique. Le groupe français Total est en effet engagé dans la construction de deux installations d’extraction de gaz naturel dans la péninsule d’Afungi, à 60 Km au nord de Mocimboa da Praia. Avec un autre projet conduit par la compagnie américaine ExxoMobil, les investissements prévus dans la région sont de près de 60 milliards d’USD (soit 52 G€uros) mais les sociétés dépendent du port de Mocimboa da Praia pour leurs approvisionnements.
L’armée mozambicaine, présente en force à Cabo Delgado mais mal équipée, lutte actuellement pour repousser les combattants islamistes y compris avec l’appui de mercenaires russes et sud-africains.
La SADC doit « venir urgemment en aide au Mozambique afin d’endiguer cette insurrection violente » selon une note du Centre d’études sud-africain Institute for Security Studies (ISS), qui demande aux Etats d’Afrique australe « une action décisive pouvant aider à mettre un terme à la crise ». Sans quoi, selon l’ISS ; la situation pourrait prendre des proportions similaires aux crises sécuritaires au Sahel, dans le bassin du Lac Tchad et dans la Corne de l’Afrique. Selon le Centre d’études sud-africain, la SADC devrait aider le Mozambique à « développer une stratégie de long terme permettant d’affronter les racines de la violence, y compris les compensations suite à la confiscation de terrains pour l’industrie minière, le manque d’emplois, l’analphabétisme, le développement et le manque de service de base ». (L.M.) (Agence Fides 17/08/2020)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here