En Côte d’Ivoire, prière interreligieuse à Kpass après les affrontements intercommunautaires

0
28

Après les affrontements intercommunautaires qui ont fait 16 morts dans le département de Dabou, les guides religieux chrétiens et musulmans du village de Kpass, point de départ de ces affrontements, ont organisé une prière interreligieuse pour l’unité et la paix.

Une semaine après les affrontements intercommunautaires qui ont fait 16 morts à Dabou (à 22 km au sud-ouest d’Abidjan), dans le village de Kpass, point de départ des violences meurtrières, l’heure était à la prière ce lundi 26 octobre.

« Tous les guides religieux de la communauté villageoise ont pris part à cette prière que nous avons organisée, a confié le père Daniel Kacou, curé de la paroisse Saint Paul de Kpass, l’initiateur de cette prière interreligieuse. Nous avons prié pour l’unité de toutes les filles et les fils de la Côte d’Ivoire, du Léboutou (département de Dabou NDLR) et particulièrement pour le village de Kpass qui vient de vivre des événements tragiques. »

Dans ce village, lundi 19 octobre, à quelques jours de l’élection présidentielle du 31 octobre, des troubles liés à la contestation de la candidature à un troisième mandat du président sortant Alassane Ouattara ont dégénéré en affrontements intercommunautaires. Un élève de 20 ans a été tué à l’arme blanche.

Ces violences se sont poursuivies jusqu’au mercredi 21 octobre et se sont étendues vers d’autres localités voisines et dans la ville de Dabou. « 16 morts, 67 blessés, trois maisons, une ferme avicole et 10 véhicules de transport en commun ont été incendiés », a fait savoir le ministre de sécurité, Vagondo Diomandé, samedi 24 octobre, précisant que « 52 individus ont été interpellés ainsi que 12 fusils calibre 12 et 70 machettes. »

« prier pour redonner confiance »

À la suite de cette montée des violences, des blindés de la gendarmerie et un important dispositif de la police ont été déployés dans le département. En outre, un couvre-feu, reconduit du 26 au 30 octobre a été décrété pour ramener le calme.

« Après ces événements les gens vivent dans la crainte et dans la peur parce qu’il y a des informations qui font croire que le village sera de nouveau attaqué, confie le curé. Notre devoir est de prier pour redonner confiance. Nous voulons les rassurer par la prière et c’est ce que nous avons fait en les confiant à la protection spirituelle du Seigneur. »

Ainsi, les cinq communautés religieuses qui cohabitent à Kpass – catholique, protestante, méthodiste unie, papa nouveau (une église chrétienne d’origine africaine), et musulmane – se sont retrouvées avec leurs fidèles sur la place publique pour cette prière.

Hymne du cardinal Yago

Chaque communauté a exhorté pendant 10 minutes les populations à la paix à partir d’un texte de la Bible ou du Coran. Ils ont ensuite chanté un hymne d’action de grâce à Dieu composé par feu le cardinal Bernard Yago, premier cardinal ivoirien, originaire du village de Kpass.

Guy Aimé Eblotié (à Abidjan)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici