Au Sénégal, reprise du culte catholique le 1er novembre

0
16
Front view of the Notre Dame des Victoires cathedral taken 26 May 2004, where former cardinal archbishop of Dakar Hyacinthe Tiandoum is due to be burried. The Roman Catholic archbishop emeritus, aged 83 died early 18 May in a clinic in South of France. He was ordained in 1949 and became archbishop of Dakar in the mainly Muslim Senegal in 1962. AFP PHOTO SEYLLOU DIALLO / AFP PHOTO / SEYLLOU DIALLO

Après sept mois d’arrêt dû à la pandémie du coronavirus, l’Église sénégalaise a annoncé, le 23 octobre, la reprise ses célébrations publiques.

Les catholiques du Sénégal pourront retourner à l’église le 1er novembre à l’occasion de la solennité de Toussaint. « Nous, vos pères évêques du Sénégal » « sommes favorables, à partir du 1er Novembre 2020, à la reprise progressive du culte dans nos diocèses, suivant l’appréciation des pasteurs du lieu et des conditions de faisabilité », ont annoncé les évêques sénégalais dans un communiqué publié le 23 octobre.

Depuis sept mois les célébrations liturgiques publiques avaient été arrêtées dans ce pays sahélien en raison des cas en augmentation d’infection au coronavirus. En mai, malgré une autorisation étatique de reprendre les cultes, l’Église sénégalaise avait jugé préférable de s’en abstenir. Elle s’était, en cela basée sur les recommandations d’experts et spécialistes de la santé. Avant de prendre cette décision de reprise des messes, l’épiscopat sénégalais assure s’être basé sur « la tendance à la baisse de la courbe des contaminations » dans le pays, depuis plus d’un mois mais aussi sur « les avis de médecins de la communauté et autres personnes-ressources ». Au 26 octobre, le Sénégal comptait 15 551 cas de coronavirus dont 14 254 personnes guéries.

Respect de mesures de protection

L’épiscopat sénégalais a cependant insisté sur le respect strict des mesures de protection pour éviter de nouvelles infections au Covid-19. « Vivons dans le strict respect des normes sanitaires édictées par les services compétents. Demeurons à l’écoute de nos pasteurs, évêques et prêtres, dans un esprit de communion et de sauvegarde de la vie humaine qui est notre bien commun le plus cher », ont-ils écrit dans leur communiqué avant de préciser les conditions qui seront mises en œuvre.

Ce sont : « la limitation du nombre de participants aux offices liturgiques, le respect de la distanciation physique, la mise en place d’un dispositif de lavage des mains au savon ou au gel hydroalcoolique, le port obligatoire du masque, les modalités d’hygiène pour l’offrande de la quête, la désinfection des lieux avant et après chaque célébration, le respect des consignes données par les membres du service d’ordre, lors des célébrations, à l’entrée des églises, comme à l’intérieur, et à la sortie ».

Lucie Sarr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici